Nous n’avons plus qu’à espérer nous tromper…

Ils ont été jusqu’à organiser comme une mascarade de : Prise de conscience planétaire, sur fond d’allocutions débordantes de vœux pieux et de bonne volonté.                                           Ils se sont donné l’illusion d’agir contre l’inéluctable qui se pointe :                                                1…2…3…4 degrés                                                                                                                              On croirait une marelle pour enfants gâtés, dans une cour d’école saccagée,                                          Où les arbres s’abattent les uns après les autres.                                                                                Eux, ils pavanent, ils jouent à sauver l’humanité.                                                                              Ce sont des gens responsables, des élus, des élites !                                                                        Leur grand-messe, ils l’ont appelé : la  » COP 21« …                                                                             Pour faire technique et érudit. Ils connaissent leurs dossiers. Ils s’entourent de conseillers, de spécialistes qui maîtrisent…Avec la complicité de leurs sirènes médiatiques, ils nous ont abreuvés de leurs bonnes intentions profondément sincères.                                                          Mais au passage, désolé, pour des raisons de sécurité, vu le contexte treize novembre,              ils ont muselé la société civile de toute expression citoyenne, visant à s’interroger sur les causes du désastre qui s’annonce, sur notre responsabilité commune envers les flux migratoires et le crime médiatique qui se fomente à l’ombre des conseils d’administration de multinationales perverses, sous la complicité d’émules politiques, aussi vertueux qu’impuissants.                                                                                                                                       Ils ont foulé de leur mépris le vieil adage :   » nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants « …                                                                                                    Peut-être n’ont-ils pas d’enfants ?                                                                                                        Ou peut-être ont-ils tout simplement oublié que la Terre a une âme et l’humanité un sens sacré ?                                                                                                                                                     Comme le disaient nos peuples dits primitifs…                                                                                    Et c’est dans ce désordre occulte, sur fond d’indifférence des masses…que se profile lentement notre Canicule glaciale.                                                                                                      Désormais, nous n’avons plus qu’à espérer nous tromper, et tenter de   nous aimer, davantage.  Croire en l‘Inespéré…                                                                                                                            Morice Benin, janvier 2016.

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Les éditos de Morice. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire